Communiqué au sujet de l’Instruction romaine publiée le 4 novembre 2005 et relative au refus d’admettre les personnes homosexuelles au sacerdoce

Bruxelles, le 29 novembre 2005

A l’heure où le pape veut nettoyer au karcher les séminaires du monde entier pour faire oublier les scandales pédophiles en Amérique et prend ainsi le risque d’enflammer les banlieues de l’Église, la Communauté du Christ Libérateur, groupe de chrétiens gays et lesbiennes, veut exprimer sa réaction par rapport au document romain.

Nos sentiments se sont partagés entre incrédulité, colère et profonde tristesse.

D’abord, nous avons eu du mal à croire qu’un tel document était en préparation, mais les rumeurs se sont hélas confirmées dans les faits.

La colère et la tristesse se justifient devant un document officiel qui franchit une limite inacceptable. Pour la première fois ce ne sont plus seulement les actes qui sont peccamineux, mais c’est la seule orientation homosexuelle qui justifie notre exclusion d’un sacrement. Cette mesure d’exclusion, qui ne vise au départ que les candidats au sacerdoce, atteint dans leur dignité tous les homosexuels catholiques, y compris les nombreux prêtres et religieux homosexuels, bien que le document romain dise ne pas les viser. Le pape semble totalement indifférent aux effets mortifères que cette déclaration va produire, en particulier sur les jeunes homosexuels déjà plus fragiles en matière d’estime de soi (voir les taux de suicides par rapport aux jeunes hétérosexuels). Sans parler des vies brisées pour ceux qui ont entendu l’appel à une vocation.

Nous, personnes homosexuelles chrétiennes, faut-il le rappeler, ne nous résumons pas à notre seule orientation sexuelle ; nous sommes aussi enfants de Dieu à part entière, travailleurs, citoyens, pères et mères de famille, prêtres, religieux et religieuses… Le document romain opère sur nous une simplification identitaire inacceptable et non fondée. Il nous assigne à résidence dans une seule dimension réductrice et caricaturale de notre personne.

Nous devons protester aussi contre la justification du document qui vise manifestement à récupérer une respectabilité perdue dans les affaires de pédophilie qui ont atteint l’Église américaine. Une fois de plus, nous dénonçons l’amalgame entre pédophilie et homosexualité. Et nous devons indiquer que ce n’est pas en vissant toujours plus fort le couvercle sur la sexualité des prêtres en formation que l’on préparera un clergé plus équilibré.

Rien ne pourra nous séparer de l’amour du Christ, dit saint Paul, ni les puissances, ni les dominations… Accrochés de toutes nos forces à cette conviction, nous serrant les coudes dans la foi, mais privés de toute pastorale adaptée de la part des responsables de l’Eglise, nous réaffirmons que nous croyons en une Église visage du Christ Libérateur. Nous croyons en une Église proche des petits et des opprimés, servante et pauvre. Nous croyons en une Église qui préfère, comme le Christ Jésus, se faire toute proche des exclus plutôt que préserver sa bonne réputation. Nous croyons en l’Église de saint François, du père Damien, de l’abbé Pierre. Nous croyons en une Église qui aime ses brebis, qui va vers elles, les accueille, les écoute et les guide vers Jésus.

Nous construisons cette Église, nous sommes cette Église.

Voir articles publiés sur: LaLibre.be, Le Soir en ligne, La-Croix.com, Le Monde.fr, Nouvel’Obs

Instruction de la Congrégation pour l’Education catholique sur les critères de discernement vocationnel au sujet des personnes présentant des tendances homosexuelles en vue de l’admission au séminaire et aux Ordres sacrés (Texte sur le site du Vatican)